ecoute et aide des jeunes de 7 a 77 ans

nous sommes la pour aidé les jeunes de toute ages quelque soit le probleme ecole couples question diverses sexualité prevention suicide etc
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 SAFER SEX_OU SEXE A MOINDRE RISQUE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 36
Age : 43
Localisation : belgique
Date d'inscription : 22/07/2006

MessageSujet: SAFER SEX_OU SEXE A MOINDRE RISQUE   Mar 7 Nov - 10:57

C'est quoi ?

Le safer sex ou sexe à moindre risque associe des règles et des conseils sur le comportement sexuel afin d'éviter les contaminations et les surcontaminations.
La pratique du safer sex est destinée:
Aux séronégatifs qui souhaitent le rester sans renoncer à leur vie sexuelle
Aux séropositifs pour qu'ils évitent les infections répétées par le VIH et aussi pour qu'ils ne contaminent pas leur(s) partenaire(s)
A ceux qui ne connaissent pas leur statut sérologique et qui désirent se protéger.
Le safer sex est destiné à exclure les pratiques les plus dangereuses. De ce fait, c'est une manière efficace d'empêcher une contamination, mais ce n'est pas une garantie absolue. Le safer sex implique une gestion des risques considérés comme faibles ou théoriques. Cette gestion des risques ne doit pas être purement individuelle, mais se réaliser dans le cadre d'un dialogue entre les partenaires.
La pratique du safer sex dépend de la connaissance de sa propre sexualité. C'est une démarche qui demande un certain temps d'apprentissage suivant les individus. Les deux règles principales du safer sex sont:
PAS DE PENETRATION SANS PRESERVATIF
PAS DE SPERME DANS LA BOUCHE





Les comportements
à haut risque
Entrent dans cette catégorie les activités sexuelles qui représentent les facteurs principaux de transmission du VIH. Il faut savoir que la quasi-totalité des contaminations par voie sexuelle se font par l'intermédiaire de ces pratiques:
Pénétration anale "passive" sans préservatif* (se faire enculer sans capote)
Pénétration anale "active" sans préservatif* (enculer sans capote)
Pénétration vaginale "passive" sans préservatif* (se faire baiser sans capote)
Pénétration vaginale "active" sans préservatif* (baiser sans capote)
Fellation complète avec éjaculation dans la bouche (tailler une pipe, pompier, se faire sucer...). Le risque est augmenté en cas de lésions ou irritations des muqueuses buccales ou génitales).
Partage de godemichés ou autres objets introduits dans le rectum ou le vagin
Certaines pratiques sadomasochistes avec saignements.
*avec ou sans éjaculation (coït interrompu)






Les comportements
à faible risque
Les rapports oro-génitaux et oro-anaux:
Cunnilingus (lécher la chatte...).
Fellation sans éjaculation (pipe, pompier...)
Anilingus (feuille de rose, lécher le cul...).
Les rapports entre les muqueuses génitales, anales, les sécrétions génitales (masculines et féminines) d'une part et la muqueuse buccale d'autre part peuvent être théoriquement contaminant mais aucune étude n'a encore établi ce risque avec certitude. Ce risque est considéré comme faible.
Il existe donc un risque théorique, a fortiori s'il y a des lésions des muqueuses génitales (maladies sexuellement transmissibles, irritations...) anales (irritations, blessures...) ou buccales (gingivites, aphtes, blessures...). De même le cunnilingus est à éviter pendant les menstruations.
Pour la fellation il est nécessaire d'utiliser des préservatifs (non lubrifiés de préférence) s'il doit y avoir éjaculation. On peut aussi le faire si l'on veut éviter tout risque résiduel. Il est entendu que, dans ce cas, le préservatif ne sera pas utilisé ensuite pour une pénétration.
Les rapports oro-anaux, s'ils ne présentent que de très faibles risques de transmission du VIH, exposent cependant à un risque d'infection élevé par d'autres germes (parasites, hépatites ... ) particulièrement néfastes aux personnes dont le système immunitaire est déficient.
La pénétration avec préservatif
Pénétration vaginale "active" avec préservatif (baiser avec capote)
Pénétration vaginale "passive" avec préservatif (se faire baiser avec capote)
Pénétration anale "active" avec préservatif (enculer avec une capote)
Pénétration anale "passive" avec préservatif (se faire enculer avec capote).
Il est important de tenir compte de la possibilité de rupture ou de glissement du préservatif durant la pénétration. Certaines études ont démontré que ces "accidents" résultaient de l'absence ou d'un usage insuffisant de lubrifiant mais également d'un mauvais maniement du préservatif (voir préservatif).
Avant d'éjaculer pendant une pénétration, il est conseillé de s'assurer que le préservatif est bien en place et de se retirer rapidement en tenant le préservatif à sa base. En cas de déchirure, et afin de réduire les risques éventuels de contamination, il est simplement conseillé de se laver rapidement à l'eau et au savon. Il est par contre déconseillé de se rincer avec des désinfectants ou d'effectuer des lavements qui provoqueraient une irritation des muqueuses. Pour la femme, il est aussi possible d'utiliser un spermicide, sous forme d'ovule vaginal. Il a un effet virucide et offre une sécurité supplémentaire, par exemple en cas de rupture du préservatif Mais un spermicide ne saurait en aucun cas se substituer au préservatif, son efficacité étant très aléatoire.
Autres comportements à faible risque
Pénétration avec les doigts: risques en cas de lésion sur le doigt. Attention aux lésions que peuvent provoquer des ongles mal coupés.
Fist-fucking (introduction de la main dans le vagin ou le rectum): provoque des lésions de la muqueuse anale ou vaginale qui augmentent la réceptivité de la muqueuse au VIH. Possibilité de transmission si le partenaire a des lésions sur la main ou l'avant bras. Il est conseillé d'utiliser un gant en latex.
Urologie, scatologie (pratiques uro/scato). L'urine et les excréments ne contiennent pas suffisamment de virus pour induire une contamination. Néanmoins il existe un risque théorique s'il y a ingestion (également un risque d'infection par d'autres germes).
Les lavements et douches internes irritent les muqueuses et peuvent augmenter la réceptivité au VIH.





Les comportements
sans risque
Le rapport sexuel entre deux êtres humains n'est pas uniquement un rapport de pénétration. Un grand nombre de pratiques sexuelles peuvent contribuer au plaisir et à la satisfaction de chacun sans risque de transmission du VIH:
Masturbation solitaire ou à plusieurs (se branler...)
Baisers (s'embrasser...)
Frottements corps contre corps
Caresses, massages
Accessoires sexuels, gadgets, godemichés (sans partage)
Stimulation des seins (sans saignement)
Morsures légères (sans saignement)
Lécher et embrasser le corps (sauf muqueuses anales et génitales)
Uriner ou déféquer (externe)
Pratiques sadomasochistes, coups, fessées (sans saignement)
Bains et douches érotiques
Etc.





Le Préservatif
Le préservatif (appelé également condom ou capote anglaise) est actuellement la seule barrière efficace opposée à la transmission du VIH lors des pratiques à très haut risque. Cependant pour une garantie d'efficacité il convient de suivre certaines indications et de respecter des principes d'utilisation:
Acheter ou utiliser uniquement des préservatifs répondant aux contrôles de qualité exigés dans différents pays (NF pour la France). Si vous partez en vacances dans un pays étranger, emportez vos préservatifs. Evitez les préservatifs vendus en distributeur car ils sont souvent de mauvaise qualité!
Garder les préservatifs dans des endroits secs, à l'abri de la chaleur et de la lumière. Ne pas les laisser traîner dans un portefeuille ou dans une voiture. La plupart des emballages comportent une date limite de conservation.
Il existe des préservatifs avec ou sans réservoir. S'il n'y a pas de réservoir, laissez un espace suffisant à l'extrémité du préservatif pour que le sperme ne s'écoule pas sur les côtés.
Ayez toujours des préservatifs de réserve pour ne pas être pris au dépourvu.
Utiliser un préservatif pour la première fois au cours d'une relation sexuelle, c'est risquer un échec ou la crise de rire ce qui n'est pas toujours le but recherché. Il est préférable de s'entraîner et d'apprendre à s'y habituer progressivement. Il est aussi judicieux d'essayer plusieurs marques.
Ranger les préservatifs dans un endroit accessible en cas de nécessité. Rien n'est plus désagréable que de devoir rompre les préliminaires pour chercher où l'on a bien pu mettre les préservatifs.
Ne pas ouvrir l'emballage du préservatif avec des ciseaux ni avec les dents cela risquerait de l'endommager.
Le préservatif doit être déroulé complètement sur le sexe en érection avant toute pénétration et non pas juste avant d'éjaculer.
Pour la pénétration, utiliser uniquement des lubrifiants à base aqueuse (voir Lubrifiants). Les substances minérales et les graisses (vaseline, beurre, huile...) sont contre-indiquées car elles peuvent détruire le latex. Même si le préservatif est lubrifié, il n'est pas inutile d'en user.
Après éjaculation, se retirer immédiatement en tenant le préservatif par la base pour éviter qu'il reste ou qu'il se vide dans le rectum ou le vagin de votre partenaire.
Jeter le préservatif dans une poubelle, pas dans les toilettes ni dans la nature car le préservatif n'est pas biodégradable.
Si vous utilisez un préservatif pour une fellation, utilisez toujours un autre préservatif s'il y a pénétration par la suite.





Les lubrifiants
Les lubrifiants sont vivement recommandés pour toute pénétration (en particulier anale). Ils réduisent les frottements et par conséquent les risques de ruptures.
Utilisez uniquement des lubrifiants solubles à l'eau
En aucun cas n'utiliser des lubrifiants gras tels que vaseline, huile ou crème car ils détériorent les préservatifs.





Les spermicides
et les virucides
Des études de laboratoire ont démontré que certaines substances détruiraient le VIH. Certaines de ces substances (nonoxynol 9, Benzalkonium ... ) sont présentes dans plusieurs lubrifiants ou sous la forme d'éponges ou d'ovules spermicides à placer au fond du vagin.
Ces substances ont démontré leur efficacité in vitro mais ne peuvent constituer à elles seules une barrière suffisante contre le VIH. Il semble qu'elles peuvent être un complément utile au préservatif (notamment en cas de rupture) mais les effets de ces produits sur l'organisme à long terme (muqueuse anale ou vaginale par exemple) sont encore peu connus.





Le préservatif féminin
Depuis quelques années, un préservatif féminin est vendu en pharmacie et dans certains magasins. Fabriqué en polyuréthane, il peut constituer une alternative en cas d'allergie possible au latex.
Il ne s'utilise (comme le préservatif masculin) qu'une seule fois.
Il est constitué d'un fourreau en polyuréthane qui s'applique au fond du vagin grâce à un anneau souple (un peu comme un diaphragme)
Son installation peut se faire bien avant les rapports sexuels, mais elle nécessite de bien lire le mode d'emploi.
Ce texte a été rédigé par l'Antenne régionale de l'Aide Suisse contre le Sida (ASS)





Dépistages du Sida et des hépatites

Si tu as pris un risque, n'attends plus 3 mois !
Dans les heures qui suivent le risque :
En cas de très haut risque, évalué avec le médecin, un traitement d'urgence est possible pour tenter d'éviter la contamination.
Mais attention, ce traitement d'urgence n'est pas donné systématiquement et est donné en milieu hospitalier. Il est très contraignant. Il a enfin d'autant plus de chance d'être efficace qu'il est pris très rapidement.
Contacter la nuit et les jours fériés, les services hospitaliers d'urgence (cf. liste ci-dessous) ou le jour, contacter les services hospitaliers référents (cf. liste ci-dessous).
De 15 à 30 jours après le risque :
Il est vivcement recommandé de faire un 1er test de dépistage.
Si le résultat est positif, la contamination est certaine. Un traitement est alors envisagé pour ralentir l'infection.
Si le résultat est négatif, il n'apporte pas de certitude absolue et doit être vérifié impérativement 3 mois après le risque.
3 mois après le risque :
Seul un test réalisé après le risque affirme, s'il est négatif, qu'il n'y a pas eu de contamination.
Pour ces deux derniers cas, contacter les CDAG dont la liste figure ci-dessous pour le Rhône, ou contacter Sida Info Service.

_________________
respect et indulgence avant tout!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-votre-ecoute.bb-fr.com
 
SAFER SEX_OU SEXE A MOINDRE RISQUE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Faute professionnelle qu'est-ce que je risque ??????
» Le risque nucléaire ...
» Comex, Ice : risque de défaut systémique élevé sur dérivés et futures US
» lolachakal : que risque-t'on pour un retard sur le controle jucidiaire ?
» indemnité de risque de contagion : le service de prevention n'est pas cité !!!!!!!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ecoute et aide des jeunes de 7 a 77 ans :: sexualiter-
Sauter vers: