ecoute et aide des jeunes de 7 a 77 ans

nous sommes la pour aidé les jeunes de toute ages quelque soit le probleme ecole couples question diverses sexualité prevention suicide etc
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 LA POLYCONSOMMATION

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 36
Age : 43
Localisation : belgique
Date d'inscription : 22/07/2006

MessageSujet: LA POLYCONSOMMATION   Mar 7 Nov - 10:53

Polyconsommation

La polyconsommation est définie comme "toute modalité d’usage combiné de deux ou plusieurs substances psychoactives, consciemment pratiquée par un consommateur dans le but de modifier les effets d’une ou plusieurs substances déjà consommées ou à consommer.
+ partir de l'étude des différentes associations de substances psychoactives, 11 finalités ont été répertoriées et sont classées selon 4 fonctions :




Maximalisation des effets
Ces quatre finalités correspondent à la fonction de maximalisation des effets, laquelle consiste à tirer le maximum d'effets "positifs" de l'association de plusieurs substances, effets qui ne pourraient pas être obtenus en augmentant la dose d'une même substance. Il ne s'agit donc pas d'un simple cumul quantitatif mais d'une modification qualitative des effets.
1 - L'accélération et l'amplification de la montée (prise concomitante) par l'association simultanée de deux substances. La seconde substance étant sensée accélérer l'émergence des effets de la première dans un délai plus bref que si elle était consommée seule. C'est le cas par exemple du protoxyde d'azote avec l'ecstasy ou le LSD.
2 - La potentialisation des effets (prise concomitante) par l'association de deux substances, dont la seconde amplifiera, de façon cumulative, par ses effets ceux de la première. Ainsi, l'alcool ou les benzodiazépines pris avec les opiacés.
3- Le prolongement des effets (prise différée) par l'usage d'une substance dont les effets sont par certains aspects similaires à ceux de la première substance consommée. Au moment où les effets de la première substance commencent à s'estomper, la prise de la seconde est censée les faire durer un peu plus longtemps. C'est le cas de l'alcool ou du cannabis pris quelque temps après le LSD.
4- La relance des effets (prise différée), similaire à la "finalité" précédente, à cette différence près que, dans cette configuration, la prise de la seconde substance est censée non seulement prolonger les effets de la première, mais faire repartir ceux-ci avant la descente. Par exemple, la prise de speed lorsque les effets de la MDMA commencent à s'estomper.



Equilibrage des effets
Ces trois finalités relèvent de la fonction d'équilibrage des effets à savoir celle que sont censées remplir les associations de substances dont les effets se corrigent mutuellement de façon à permettre au consommateur d'adapter à tout moment les effets ressentis aux fluctuations des contextes ou à son désir d'expérimenter des états différents.
5- La production de nouveaux effets par l'ajout d'une composante (prise concomitante/différée) dont les effets spécifiques, d'une nature différente de ceux de la première, viendront se combiner. Cette "finalité" est qualitative plus que quantitative, puisqu'elle consiste, non pas à intensifier ou prolonger les effets d'une substance, mais à lui en adjoindre d'autres qu'elle ne pourrait produire à elle seule. C'est le cas du speed qui, pris avec de la MDMA, produit des effets stimulants tangibles qui ne peuvent pas, ou presque pas, être obtenus par la seule MDMA.
6- Le masquage d'une catégorie d'effets spécifiques par la prise concomitante/ différée d'une seconde substance destinée à effacer ou atténuer un ou plusieurs des effets de la première tout en conservant les autres. C'est l'effet recherché en général de la prise de cocaïne (stimulant) avec des hallucinogènes et de l'ecstasy. La cocaïne déséquilibre le rapport entre les effets empathogènes et stimulants de la MDMA au profit de ces derniers. Elle masque donc ou rend moins perceptible les effets "love" de la MDMA. Par ailleurs, les incidents et les malaises dus à un surdosage léger et/ou à la vulnérabilité individuelle de l'usager sont fréquents avec le LSD et la MDMA. Du fait de ses propriétés stimulantes, certains consommateurs perçoivent la cocaïne comme un "anti-dote" (réel ou supposé) desdites substances. Ainsi, elle serait censée faciliter immédiatement le retour de la personne à une meilleure maîtrise de soi.
7- La neutralisation des effets (prise concomitante/différée) par la combinaison de deux substances antagonistes. Chacune d'elle est censée contrebalancer les effets les plus négatifs de l'autre (réciprocité). C'est le cas de l'association cocaïne/alcool qui permet d'un côté de réduire la sensation de surexcitation induite par la cocaïne et de l'autre de réduire la sensation d'ivresse suscitée par l'alcool. En conséquence, la prise concomitante d'alcool abouti à une plus grande tolérance à l'alcool et à la cocaïne, laquelle permet éventuellement l'augmentation de la consommation de ces deux substances.



Maîtrise des effets "négatif"
Ces deux finalités correspondent à la fonction de maîtrise des effets "négatifs" d'une ou plusieurs substances psychoactives, dont l'objectif est de ne conserver que les effets "positifs" (sans doute l'idéal de tout consommateur) par l'invention incessante de différentes combinaisons. Cette fonction concerne notamment la phase dite de "descente" durant laquelle les effets "positifs" de la substance disparaissent pour laisser la place à des effets "négatifs" (sensation de malaise, manque).
8- L'atténuation d'une montée trop forte (prise concomitante) par le recours à des substances de régulation comme les benzodiazépines, les opiacés et/ou le cannabis afin de faire face aux sensations d'agitation, de malaise ou même de panique engendrées parfois par la prise de stimulants et, dans une moindre mesure, d'hallucinogènes, à une dose dépassant le seuil de tolérance de l'organisme.
9- L'adoucissement de la descente (prise différée) par des associations et combinaisons de substances susceptibles de combattre ou atténuer les sensations parfois pénibles engendrées par cette phase de la consommation. Les produits de régulation les plus utilisés sont les substances dites "relaxantes" : benzodiazépines, opiacés, cannabis.
Retour en haut de page...



Fonction "rechange"
Ces deux finalités relèvent enfin de la fonction de "rechange", qui répond à deux situations distinctes : dans la première, le consommateur est contraint, du fait de la non disponibilité du produit qu'il recherche, de le remplacer par une combinaison des substances disponibles appartenant à la même famille pharmacologique ou susceptibles d'imiter les effets du produit de choix. Dans la seconde situation, le consommateur s'abstient volontairement de consommer un certain type de substances et le remplace par une autre substance ou une association de substances.
10- La gestion de la pénurie où il s'agit, à défaut de pouvoir consommer la substance principale, d'utiliser une ou plusieurs substances de remplacement appartenant à la même famille ou pas. C'est le cas par exemple des opiacés tels que la codéine ou la morphine, utilisés pour pallier l'absence du produit principal de préférence, en l'occurrence l'héroïne. C'est le cas aussi de l'usage assez fréquent de la codéine avec de l'alcool pour supporter le manque d'héroïne.
11- La substitution d'effets par la consommation concomitante d'une ou deux substances pour éviter la prise d'autres substances considérées comme plus dangereuses ou génératrices d' effets exagérément indésirables. Dans ce cas, le consommateur se contente de l'effet "like", c'est-à-dire similaire à ceux de la substance évitée. C'est le cas du cannabis pris avec du speed pour éviter de prendre de l'ecstasy.

_________________
respect et indulgence avant tout!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-votre-ecoute.bb-fr.com
 
LA POLYCONSOMMATION
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ecoute et aide des jeunes de 7 a 77 ans :: drogue-
Sauter vers: